Confession d’une jeune salope – histoire porno gratuite chapitre 1

D’abord, laissez-moi vous dire que Magalie est une amie très chère à moi. On est ensemble depuis un moment maintenant. Quand elle a appris que j’écrivais des histoires, elle m’a raconté une histoire que j’avais du mal à oublier.
Elle m’a demandé de tout mettre dans cette histoire sur sa vie. Nous avons tous les deux aimé travailler ensemble sur cette question. Je suis désolé que l’histoire soit un peu longue, mais Magalie ne voulait pas qu’elle soit découpée en chapitres. Je lui ai fait promettre que si la réponse était bonne, nous ferions un suivi. J’ai eu du mal à décider comment limiter l’histoire à ça. Magalie a une histoire très colorée.

Je m’appelle Mathilde, mais tout le monde m’appelle Magalie. Depuis toujours, j’ai besoin d’être le centre d’attention. Mes premiers souvenirs étaient de vouloir être observé ou remarqué. Il n’y avait que maman et moi, mais il y avait toujours un type dans le coin. Mon vrai père, si vous pouviez l’appeler comme ça, il n’était jamais là. Je suis presque sûr que maman ne sait même pas exactement qui il était. Ma mère avait toujours travaillé dans les bars et les restaurants comme serveuse ou barmaid. Elle devait toujours avoir un homme, même s’ils ne restaient jamais longtemps.

Maman avait un corps séduisant. Elle était MILF avant même que le terme ne soit utilisé. Elle avait une silhouette élancée et de gros seins. Elle a toujours été très attachante pour se faire coiffer régulièrement. Peu importe qu’on ait l’argent ou pas, sa coiffure était une priorité. Elle portait toujours des hauts à coupe basse au travail. Elle savait que ses pourboires seraient meilleurs si les hommes la regardaient bien. C’est probablement comme ça qu’elle a réussi à ramener tant de gars à la maison.

Je me souviens que les hommes étaient toujours là. Je savais qu’elle serait plus heureuse quand il y avait un gars, mais ça se terminait souvent par une grosse dispute.

L’apparence de ma mère attirait toujours les hommes, mais sa personnalité dominatrice les chassait toujours. Je suis sûr que si je parlais à un psy, il me dirait que mon besoin d’attention a quelque chose à voir avec l’absence d’une figure paternelle stable. Je n’ai jamais connu de différence et je me suis habitué à avoir quelqu’un de nouveau tous les deux mois.

Maman travaillait le soir et me laissait parfois à la maison avec certains d’entre eux. J’ai toujours été très amical et je m’entendais très bien avec la plupart des gens. Maman était probablement trop confiante avec certains d’entre eux. Ce type aimait m’aider à choisir ce que je devais porter, et il me regardait habituellement enfiler des tenues différentes. J’ai toujours eu le désir de leur faire plaisir. J’imagine que je pensais que s’ils nous aimaient bien, ils resteraient plus longtemps. Pendant que maman était au travail, j’ai passé de nombreuses soirées à côté de l’une d’elles sur le canapé à regarder la télévision.

Il y avait un type en particulier auquel je me suis vraiment attaché. Il s’appelait David. Maman l’avait rencontré au travail comme d’habitude et avait commencé à le ramener à la maison. Il traînait parfois le soir quand maman devait travailler. Il était bon pour réparer les choses, et comme nous étions toujours dans des appartements à loyer modique, il y avait toujours quelque chose à réparer.

Lui et moi luttions souvent sur le sol du salon. Il aimait me chatouiller. Je m’allongeais là alors que ses mains bougeaient sur moi. D’autres fois, il s’allongeait juste au-dessus de moi et me clouait au sol. Je devrais trouver un moyen de m’en sortir d’en dessous de lui.

David et maman faisaient beaucoup de bruit tard le soir. Les appartements étaient généralement petits et ma chambre était juste à côté. Une fois, j’étais curieux et je me suis glissé discrètement dans le couloir. La chambre de maman avait une seule lumière. Je les ai vus l’un sur l’autre. Je me souviens d’avoir regardé au bord de la porte pendant un certain temps, et bien sûr, j’ai vu presque tout ce qu’ils faisaient.

À un moment donné, David s’est assis et s’est agenouillé sur le lit. Maman a commencé à lui sucer la bite. Pendant qu’elle faisait cela, David a regardé vers la porte et m’a vu debout là. Il n’a fait aucun effort pour dissimuler quoi que ce soit et a continué de se pavaner devant le visage de ma mère. Il a en quelque sorte tenu la tête de ma mère immobile, puis a accéléré ce qu’il faisait. Maman ne pouvait pas se retourner ou bouger son visage et le laisser continuer. Bientôt, David est allé encore plus vite. Il m’a regardé droit dans les yeux et a poussé un grand gémissement.
Le lendemain, rien n’a été dit sur ce que j’avais vu. Et ce soir-là, juste avant de me coucher, j’étais dans la baignoire en train de faire la vaisselle. David a frappé à la porte et est entré. Il a dit qu’il avait vraiment envie de pisser et qu’il regrettait de ne pas pouvoir attendre. J’étais assise dans la baignoire toute savonnée et il est venu aux toilettes et a ouvert son pantalon. Il s’est défait devant et s’est mis à travailler sa bite à découvert.

C’était beaucoup plus lumineux dans la salle de bains que dans la chambre à coucher la nuit précédente. Son truc était énorme. Il n’a fait aucun effort pour protéger ma vue, et bien sûr mes yeux étaient collés à la vue d’un pénis d’homme adulte. Il l’a secoué quelques fois, puis, sans raison apparente, a creusé dans son pantalon et a sorti le tout, le sac de balle et tout le reste.

Je ne savais pas quoi faire à ce moment-là. Je me souviens juste d’être resté assis là à attendre que quelque chose se passe. Il était tout rouge et tout gonflé. David m’a regardé quelques fois et m’a souri. Il s’est frotté les couilles pendant quelques secondes, puis il a commencé à faire pipi à la fin. David est resté là et s’est vidé. Quand il a fini, il l’a laissée traîner là pendant longtemps. J’ai cru qu’il allait pisser plus souvent, mais finalement, il a secoué le tout plusieurs fois et c’est ce qu’il semblait être. Il a soigneusement remis le tout dans son pantalon et a tiré la chasse d’eau des toilettes. Il a quitté la pièce sans dire un mot de plus.

Je ne me souviens pas d’avoir été si choqué par cet événement, surtout parce qu’il l’a fait d’une manière si désinvolte. Je me souviens m’être dit : « Encore une fois, c’était pas grave. » Il s’est avéré que cela n’avait pas d’importance de toute façon.

Plus tard dans la nuit, il s’est passé quelque chose. Je dormais quand les cris m’ont réveillé. Maman et David étaient dans ma chambre. Je n’avais jamais vu maman aussi en colère. J’avais peur d’ouvrir les yeux et je faisais semblant de dormir encore. Elle criait pour que David sorte. Je croyais qu’elle parlait de ma chambre, mais c’était pire. Le matin, quand je me suis réveillé, David était parti. Je ne l’ai jamais revu. Maman a même refusé de reparler de lui.

Il y avait d’autres amis de ma mère qui sont venus et sont restés, mais maman les observait comme un faucon. S’ils ont commencé à me montrer de l’attention, maman a trouvé une raison de s’en débarrasser. Je pensais qu’elle était juste jalouse de moi.

Quelques années plus tard, nous avons déménagé dans un plus bel immeuble d’appartements. L’appartement était bien mieux aussi. C’était plus près de mon école et c’était une marche facile pour maman de travailler. L’appartement était au troisième étage. Les escaliers étaient vraiment pénibles au bout d’un moment. Maman s’est vite liée d’amitié avec le gérant du complexe. Il s’appelait M. Dumoin. Il devait avoir la cinquantaine. Il vivait seul dans un des appartements. Je ne pense pas que cet endroit lui appartenait. Je pense qu’il a juste récupéré les loyers, fait des réparations mineures et gardé l’endroit propre. Maman savait comment attirer son regard errant. Chaque fois qu’il devait venir à notre appartement pour une fuite de robinet ou un problème avec les drains, elle s’assurait d’avoir un haut à coupe basse et des jeans serrés. J’ai trouvé amusant de le voir essayer de se concentrer sur le travail de réparation et de ne pas trébucher sur lui-même tout en gardant un œil sur les seins de maman qui bougeaient.

Peu de temps après, un appartement au deuxième étage est devenu disponible. Normalement, ils allaient chercher plus d’argent, mais d’une certaine façon, on a offert à maman l’endroit pour exactement ce que nous payions pour le logement du troisième étage.

Quelques jours après avoir emménagé, j’ai réalisé que l’unité du troisième étage de M. Dumoin se trouvait directement de l’autre côté de la petite cour de notre maison. Nos fenêtres faisaient toutes face à la cour. Un soir, après avoir pris une douche, je suis entré dans ma chambre. J’étais à ma commode en train de me préparer pour aller au lit. Dans le reflet du miroir, je pouvais voir M. Dumoin debout au milieu de la fenêtre de son salon. Soudain, il s’est mis sur le côté derrière les rideaux. J’ai un peu gloussé parce que, avec la lumière allumée dans la pièce derrière lui, son contour était encore clairement visible.

J’avais une serviette de bain autour de moi. Je n’avais pas encore vu la nécessité de fermer mes rideaux. Comme je me trouvais au deuxième étage, je ne m’attendais pas à ce que quelqu’un puisse voir de la rue, à part que les rideaux étaient de toute façon très minces. Je n’y ai jamais pensé avant, mais M. Dumoin venait probablement de les installer avant que nous emménagions. Ils semblaient tout neufs. Quoi qu’il en soit, mon petit esprit méchant a rapidement conçu un plan.

Laissant la lumière allumée, je m’approchai et verrouillai la porte de ma chambre, puis revins et me tins de nouveau devant le miroir. J’ai remballé la serviette de nouveau, maintenant juste autour de ma taille. Je suis resté face au miroir et j’ai fait semblant de tripoter mes cheveux. Je savais que M. Dumoin ne pourrait pas voir mes seins si je ne me retournais pas. Je me suis dit de le taquiner autant que possible.

Je suis restée face au miroir, les bras levés, me brossant lentement les cheveux. J’ai fait plusieurs mouvements comme pour faire demi-tour puis je me suis arrêté. Penché, je me suis penché dans un tiroir du bas pour prendre une culotte. Je les ai retenus pour les inspecter. En fait, je voulais juste que mon observateur pense que je m’apprêtais à les mettre, et qu’il allait bientôt laisser tomber ma serviette. Je suis resté près du miroir et j’ai fait semblant de regarder mes yeux. M. Dumoin était toujours derrière les rideaux. Sa silhouette montrait un mouvement constant près de sa taille. Je savais qu’il se branlait. C’était excitant de savoir que je l’excitais sexuellement.

Il était enfin temps de lui donner un spectacle, alors je me suis retournée pour mettre mes seins nus à la vue de tous. Je me suis assis sur mon lit et j’ai fait semblant de vérifier mes ongles de pieds. J’ai laissé la serviette autour de ma taille remonter mes cuisses.

Je n’étais pas encore prêt à montrer mon buisson. D’ailleurs, je pense qu’à ce moment-là, il avait déjà atteint son apogée. En jetant un coup d’œil au miroir, je pouvais voir la silhouette vacillante d’un homme qui se balançait. Je me suis dit que ça pourrait s’avérer très amusant.

Quelque temps après avoir emménagé dans mon nouveau logement, j’ai rencontré Nic. J’ai vu Nic dans un parc local en rentrant de l’école. Lui et d’autres gars jouaient au basket-ball, et je me suis fait un point d’honneur de passer et d’être « remarqué ». Il ne fallut pas longtemps avant qu’ils se rendent compte de moi. J’ai fait en sorte de sourire et de flirter quand Nic m’a redonné de l’intérêt.
Finalement, nous nous sommes présentés. Nic m’a proposé de m’emmener chez lui pour jouer aux jeux vidéo. Il se vantait de sa vaste collection et des niveaux qu’il avait atteints. Je m’en fous des jeux.

Nic vivait avec sa mère et son beau-père. Il avait un endroit vraiment cool au sous-sol. Sa chambre était pratiquement tout le sous-sol. C’était un grand espace ouvert. Il y avait un dessus de matelas sur le sol près d’un mur. Il avait un téléviseur grand écran avec X-Box et d’autres trucs branchés dessus. La meilleure chose, c’était la porte extérieure. Il pouvait aller et venir à sa guise sans monter à l’étage.

Je pense que c’était la deuxième ou la troisième fois que j’y allais et je m’ennuyais avec les jeux vidéo. Il était trop bon pour eux, et je n’ai offert aucune compétition pour lui. Je me suis levé et j’ai fini par m’asseoir sur le matelas. Il est venu et a commencé à caresser doucement mon bras. Il m’a embrassée et mon corps est devenu électrique. Son toucher m’a fait frissonner. Je n’avais pas prévu de le baiser, mais c’était hors de mon contrôle. Ses mouvements et son toucher m’ont fait désirer son corps. Je ne pense même pas que je me suis complètement déshabillée. Nic était tellement pressé d’entrer en moi que j’ai enlevé mes jambières et j’ai tiré mon haut jusqu’au cou. Quand il m’a pénétré, il s’est glissé dedans.

Il a demandé, « Si j’étais vierge ? ”

« Je lui ai dit que je n’étais pas sûr. »

Nic était entré en moi et ne cessait de me pomper. J’étais sur le dos, les jambes en l’air. C’était vraiment la première fois que je me souvenais que quelqu’un baisait sur moi. Quelque part pendant ce temps, j’ai jeté un coup d’œil sur les marches de l’escalier. Le beau-père de Nic était rentré à la maison et était descendu tranquillement dans les escaliers. Il était là, à nous regarder. Nic lui tournait le dos et me berçait de fortes impulsions. Je n’étais pas sûr de ce que le beau-père de Nic allait faire. J’ai levé les yeux vers Nic. Son visage était rouge de rougeur. Je savais qu’il allait jouir bientôt. En regardant les marches, j’ai pu voir que le beau-père avait un peu reculé. Il regardait maintenant de l’autre côté du mur.

Je me suis dit : c’est quoi ce bordel ? Si papa aime regarder, je lui donnerais bien quelque chose à regarder. J’ai levé les jambes et je les ai écartées encore plus. J’ai attrapé Nic par les côtés de son visage et je l’ai tiré sur mes lèvres. Ma bouche s’est ouverte et ma langue a cherché la sienne. Nic a commencé à gémir et soudain notre baiser s’est brisé. Son cou s’est raidi et sa tête s’est relevée. J’ai attrapé ses fesses et je l’ai tenu contre moi. J’étais un peu surpris de sentir le sperme jaillir en moi. J’ai jeté un coup d’œil aux marches et son beau-père était toujours là. D’après ce renflement perceptible dans son entrejambe, je pouvais dire qu’il avait aimé regarder l’émission.

Le fait que j’aie aussi tourné le dos à son beau-père m’a donné un sentiment de satisfaction dans le dos. Soudain, mon propre corps a explosé dans l’orgasme le plus incroyable que j’aie jamais eu jusqu’alors. J’ai gémi et j’ai branlé comme une folle. Ma tête semblait exploser alors que des étincelles de lumière semblaient briller autour de moi. Je me souviens vaguement d’avoir été assez vocal alors que je voltigeais dans l’extase pure.

Nic s’était effondré sur moi. Il n’a commencé à bouger qu’après que je l’ai poussé. En regardant les marches, le beau-père était parti. Avant de partir, j’ai demandé à Nic d’aller aux toilettes pour nettoyer.

Je suis monté là-haut, et j’allais dans le couloir quand le beau-père a pratiquement sauté devant moi. Il se tenait juste à l’intérieur d’une porte de chambre. Je ne savais pas quoi dire. Il m’a en quelque sorte coincé juste là dans le couloir. C’était un grand homme. Je n’ai même pas atteint son menton en hauteur. Il s’est mis juste devant moi et m’a en quelque sorte soutenu contre le mur. D’une voix grave et rauque, il m’a demandé si je voulais bien essayer un « vrai homme » ?

Je dis les choses les plus stupides quand je suis nerveuse.

« Je suis un peu rassasié en ce moment », j’ai dit. « Mais je suis content que tu aies aimé le spectacle. »

Finalement, je l’ai regardé droit dans les yeux et lui ai dit : « J’y réfléchirais. »

Je me sentais si bête d’être debout là avec du sperme qui suinte de ma chatte.

De retour à notre appartement, j’ai eu beaucoup de plaisir à taquiner M. Dumoin. J’ai essayé de respecter le même horaire parce que je savais qu’il me surveillerait à ce moment-là. Une nuit après ma douche, je me sentais particulièrement irritable et je me suis dit qu’il allait complètement exploser son esprit.

J’étais entré dans ma chambre en ne portant qu’une serviette de bain enroulée autour de moi. J’avais une brosse à cheveux bleue avec un manche épais et rond. C’était probablement de la taille du pénis d’un type normal. Après l’avoir enduit de lotion, j’avais découvert qu’il s’insérait bien dans ma chatte. C’est la première fois que je me servais d’un gode dans mon sexe de jeune salope en chaleur. Depuis, j’ai fait pas mal d’achat de vibromasseur pour femme, avec ou sans pile, avec ou sans vibration, petit ou …très gros.

J’avais apporté la brosse de la salle de bains, et je me chauffais les cheveux en essayant d’être toujours aussi sexy. Je savais que M. Dumoin était encore au rideau. J’ai pensé que ce serait la nuit pour qu’il puisse tout voir. Après m’être assuré que la porte était verrouillée, j’ai apporté la brosse et la lotion dans mon lit. Mon lit était face à la fenêtre. Je me suis dit que j’allais faire un orgasme et donner une crise cardiaque à M. Dumoin.

Allongé sur le lit, je perds ma serviette. Je me suis dirigé droit vers la fenêtre de M. Dumoin et j’ai lentement commencé par me frotter le clito et les seins. Le frisson d’avoir un vieil homme sale qui se branle en me regardant était intense. Je mouille le manche du pinceau en le glissant dans ma bouche et en le retirant plusieurs fois. Tenant toujours la brosse dans ma bouche, j’ai fait couler de la lotion sur la partie inférieure de mon ventre. Doucement j’ai tiré mes doigts à travers la flaque de lotion et j’ai commencé à peindre les lèvres de ma chatte avec elle.

Quand je me suis senti assez enduit, j’ai pris la brosse de ma bouche et j’ai commencé à l’enrouler dans la lotion laissée sur mon ventre. Je pensais que M. Dumoin serait hors de lui, sachant ce que j’allais faire. Lentement, j’ai poussé la poignée arrondie dans ma fente. La sensation d’être comblé était impressionnante. J’ai levé les genoux et j’ai enfoncé la poignée contre ma chatte. Après quelques coups d’essai, j’ai mis en place un rythme de caresses, et je me suis allongé à plat sur le dos.

J’imagine toujours toutes sortes de dépravations quand je m’en vais. La plupart du temps, je faisais semblant d’être une salope au service de toutes sortes d’hommes. Peu de temps après, j’ai eu un mouvement rapide. Cette fois, il ne m’a fallu que quelques minutes avant d’être au bord d’un grand sperme. J’ai levé la tête une dernière fois pour m’assurer qu’il était toujours là. L’ombre contre le rideau était sans équivoque. Je me suis détendue et mon corps a explosé dans un climax palpitant.

Je pense que c’est dans l’année qui a suivi notre déménagement que maman a ramené Paul à la maison. Maman avait frappé un home run quand elle s’est accrochée à lui. C’était le premier gars que même moi, j’ai trouvé beau. Paul n’a pas emménagé comme les autres. Il avait son propre appartement et un travail. Paul n’a jamais vraiment dormi ici non plus. Il a juste traîné dans le coin. C’est le seul qui a vraiment emmené maman à des rendez-vous. Je suis sûr qu’ils ont fait tout ça chez lui.

Je savais comment taquiner un type avec un aperçu de mon corps. J’ai trouvé une excuse pour prendre une autre douche quand Paul était là. J’ai dû faire très attention pour ne pas éveiller les soupçons de maman.

Il s’est avéré que Paul était photographe. Il dirigeait un petit studio en ville. Il faisait des mariages, des remises de diplômes et tout ça. Peu de temps après que maman et lui aient commencé à sortir ensemble, maman est rentrée à la maison avec une photo érotique. C’était une photo prise par des professionnels. Son visage avait été maquillé par quelqu’un qui savait vraiment comment faire les choses correctement. Ses cheveux, bien sûr, étaient parfaits. Vous n’aviez pas besoin de deviner, mais ses plus grands attributs étaient également exposés. En fait, c’était très bien fait. Ça l’a pratiquement rajeunie d’au moins dix ans.

J’ai saisi plusieurs occasions de compléter le travail de Paul. J’essayais d’être aussi subtil que possible, en espérant qu’il me ferait pareil. Je veux dire une séance photo, bien sûr.

Finalement, un soir, alors que maman préparait quelque chose dans la cuisine, je me suis assise sur le canapé à côté de Paul. J’avais fait des choses assez évidentes pour attirer son attention. J’essayais vraiment d’attirer son attention, mais maman était particulièrement possessive avec lui. D’une voix calme, il me demanda si j’avais déjà songé à devenir mannequin. J’étais flatté, bien sûr. Je me suis penché de près et j’ai chuchoté que maman ne le permettrait jamais.

« Oh. » dit-il.

« Je ne pensais qu’à des choses sérieuses. », a-t-il poursuivi.

« Parfois, j’ai des publicités dans les magasins du coin », m’a-t-il proposé, « Et j’ai toujours besoin d’un mannequin pour exposer des vêtements ou des bijoux ou autres. »

J’étais tellement à fond là-dedans, et je lui ai dit.

« Mais, encore une fois, maman n’aura rien de tout ça. » J’ai chuchoté.

Il a souri rapidement et a dit : « On ne lui dira pas tout de suite, d’accord ? »

On a eu un bon dîner et Paul est parti avec maman pour un dernier film.

Wow, moi un mannequin. Rien que l’idée m’a fait rêver dans mes plus grands fantasmes. J’imaginais toutes les filles qui ricanaient de jalousie devant ma carrière de grande célébrité. Debout devant le miroir de la chambre de maman, j’ai essayé de m’imaginer comme un vrai modèle. Je pensais que mes jambes étaient ma plus belle caractéristique. J’étais encore maigre d’après la plupart des critères, mais je pensais que la plupart des hommes me jetteraient un coup d’œil si j’avais les bons vêtements.

Paul n’a pas reparlé du sujet pendant plusieurs semaines. Je commençais à croire qu’il me menait en bateau. J’ai pris sur moi de m’enquérir à plusieurs reprises

« Comment vont les affaires ? » Je demanderais bien. Espérant qu’il comprendrait l’allusion.

Il s’est passé un jour quelque chose qui m’a vraiment poussé à faire quelque chose. Il y avait ce mec mignon qui m’intéressait, et une autre fille est sortie avec lui. J’étais furieuse parce que j’avais fait toutes sortes de mouvements subtils pour attirer son attention. Je me suis dit qu’il fallait que je mette en marche ce truc de mannequinat. Je savais que les autres filles seraient jalouses, et ça me donnerait un avantage avec les mecs plus beaux.

Finalement, j’ai dû presque m’inviter à passer voir son atelier. Un soir, quand maman était dans l’autre pièce, j’ai dit à Paul que je voulais voir son atelier. J’avais prévu de passer voir son magasin.

Je savais que c’était un peu en avant, mais je le voulais vraiment. Il avait l’air d’accord, alors je lui ai dit que je viendrais vers 13 h. Le lendemain, j’ai marché quelques pâtés de maisons jusqu’à un arrêt d’autobus et j’ai emprunté la route du centre-ville.

Je savais où était le magasin, mais le quartier était assez difficile. Alors que je me tenais debout pour descendre de l’autobus, le chauffeur de l’autobus n’a pas ouvert la porte au début.

« Chérie, es-tu sûre de savoir où tu vas ? » demanda-t-il.

J’ai eu l’air un peu perplexe pendant une seconde et j’ai essayé d’être cool.

« Oui, bien sûr. On vient d’emménager ici. » J’ai dit.

« D’accord, » dit-il, « Fais attention par ici. »

J’ai descendu les marches et je me suis retourné et j’ai marché avec le plus d’assurance possible. Bien sûr, j’ai tout de suite été perdu et j’ai dû demander mon chemin à un type à l’air bizarre. Je suis enfin arrivé au magasin de Paul. Ce n’était pas exactement ce que j’avais imaginé. Oui, c’était un magasin de photographie, mais ce n’était pas exactement le genre d’endroit où un jeune couple pouvait venir pour des photos de mariage. Ça ressemblait plus à un endroit pour obtenir des photos d’identité et de passeport. Bref, je suis entré. Paul était seul. L’intérieur était beaucoup plus joli que l’extérieur. L’avant était une sorte de salle d’attente et les murs étaient couverts de portraits de personnes et de couples joliment encadrés. Paul semblait heureux de me voir. Il a dit que les affaires avaient été lentes aujourd’hui. Il m’a demandé si je voulais visiter les lieux.

« Bien sûr, » répondis-je, « J’ai fait tout ce chemin. »

La partie arrière du magasin se trouvait par une porte et un couloir. Il y avait deux « studios ». Chacune d’entre elles était dotée d’un jeu de lumière complet pour les portraits. Il y avait des accessoires partout sur les murs des deux côtés. Le long des murs s’empilaient diverses chaises, des supports et même une petite causeuse foncée. Les casiers contenaient toutes sortes de châles, chapeaux, écharpes et autres. C’était un peu comme une salle de théâtre du lycée.

L’équipement photo m’a fasciné. Paul savait tout sur l’objectif et les éclairages. Je faisais la conversation et j’essayais d’avoir l’air flatteur, mais ce que je voulais vraiment, c’était de faire une vraie séance photo.

J’ai dit à Paul : « Dans ma tête, j’imaginais toutes sortes de gens, un styliste, un maquilleur, un assistant peut-être. » Paul a juste gloussé.

« Je ne suis pas encore si célèbre que ça. » dit-il en riant.

La deuxième salle était à peu près la même, peut-être un peu plus pour des photos professionnelles. Moins d’encombrement sur les murs et plus de meubles. Il y avait une chaise blanche à haut dossier en osier positionnée au milieu de la pièce comme si elle venait d’être utilisée. Je me suis assis avec audace et avec flair, j’ai essayé d’être sophistiqué. J’ai tiré mes cheveux d’un côté et j’ai fait semblant de poser pour une piqûre.

Histoire porno chapitre 2 confession d’une jeune salope

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *